19 août 2016Franck Abed

45e anniversaire de l’abandon de l’étalon or par Nixon

Franck Abed

Le livret A achève le premier semestre 2016 sous de bonnes augures avec un quatrième mois de collecte positive. Elle s’établit à 690 M€ à fin juin.


Il y a 45 ans cette semaine, le 15 août 1971 pour être exact, le Président Nixon a soudainement pris la décision d’abandonner l’étalon or. Il a ainsi donné vie au système monétaire moderne basé sur la monnaie fiduciaire et digitale, un système qui ne fonctionne plus aujourd’hui et nous a menés vers la crise financière globale.

Voici comment il nous a fait part de sa décision aux ramifications considérables:

 

« Votre dollar vaudra tout autant demain que ce qu’il vaut aujourd’hui… »

Il s’agit de l’un des évènements les plus importants de l’histoire financière, économique et monétaire moderne, et d’un épisode pionnier de la crise de la dette globale qui a frappé les Etats-Unis, l’Europe et le reste du monde ces dernières années, et continue de nous affecter aujourd’hui.

Nixon nous a projetés dans un univers de devises fiduciaires flottantes, garanties ni par l’or ni par l’argent, et tirant leur valeur du diktat ou de l’ordre du gouvernement.

Bien que Nixon ait justifié sa décision technique et temporaire comme étant un moyen nécessaire de combattre les spéculateurs monétaires internationaux qui, partout, menaient la guerre au dollar américain, la véritable explication derrière sa décision est que les Etats-Unis, déjà à l’époque, dépensaient bien plus qu’ils ne pouvaient se le permettre, avec notamment la Guerre du Vietnam et leurs dépenses militaires croissantes qui ont mené à d’importants déficits budgétaires ainsi qu’un épisode d’inflation.

L’expansion impériale des Etats-Unis a ainsi commencé.

Les gouvernements du monde, dont celui de la France, dirigé par Charles de Gaulle, s’inquiétaient de la dévaluation du dollar et ont commencé à échanger leurs réserves de dollars contre de l’or physique.

Nixon a tenté de rassurer le public américain quant à cette dévaluation et à la valeur de sa devise en déclarant, chose qui pourrait nous sembler comique aujourd’hui :

« Votre dollar vaudra tout autant demain que ce qu’il vaut aujourd’hui… »

Suite à la décision prise par Nixon il y a 45 ans, le dollar a perdu énormément de valeur. L’or a flambé au cours des neuf premières années pour passer de 35 à 850 dollars l’once en janvier 1980. Depuis 1971, l’or est passé d’1/35e d’une once d’or à 1/1350e d’une once.

Et ce n’est pas la faute des spéculateurs, mais celle de gouvernements et banquiers centraux irresponsables qui ne cessent plus de dévaluer le dollar depuis 1913 et 1971 - à l’exception de l’ancien gouverneur de la Fed, Paul Volcker.

Aujourd’hui, le dollar et toutes les autres devises papiers sont perçus comme représentant un change légal par les gouvernements, malgré le fait que ni les devises papiers ni les devises digitales n’aient de valeur intrinsèque, et qu’aucune ne soit garantie par des réserves d’or physique.

Historiquement, les devises ont été garanties par l’or et l’argent, mais les devises fiduciaires reposent simplement sur la confiance du public en la performance des politiciens, des banquiers et des banquiers centraux.

Parce que la monnaie fiduciaire d’aujourd’hui n’est pas liée à des réserves physiques d’or et d’argent, elle perd de la valeur au fil du temps, et risquerait de ne plus rien valoir si une hyperinflation se présentait, comme nous l’avons vu au Zimbabwe ou encore au Venezuela très récemment. Le Nigéria semble aujourd’hui lui-aussi entrer une spirale inflationniste.

Lorsque les gens perdent confiance en la devise papier d’une nation, ils l’échangent contre des produits et des actifs physiques. Leur monnaie n’a plus de valeur à leurs yeux. Ceux qui possèdent des actifs physiques sont protégés, et ceux qui ne dépendent que de leurs revenus papiers voient leur niveau de vie décliner. Nous entamons aujourd’hui la dernière phase de ce cycle.


Source: VisualizingEconomics.com, via ZeroHedge.com

Au fil de l’Histoire, toutes les devises fiduciaires ont fini, après quelques décennies, par succomber à l’hyperinflation.

La monnaie papier ou digitale basée sur notre système monétaire international a pu survivre 45 ans, mais est aujourd’hui en phase de déclin terminal. Beaucoup d’observateurs se demandent même si elle pourra survivre la prochaine crise financière.

Le rôle de l’or en tant que valeur de réserve et actif monétaire est de plus en plus apprécié. Bien que certains observateurs moins bien informés le perçoivent encore comme une relique barbare, les plus gros participants au marché l’utilisent de nouveau comme actif monétaire alternatif.

Nous comptons parmi ces gros participants les plus grosses banques et compagnies d’assurance du monde, les plus gros fonds de couverture et les plus gros fonds de pension, sans oublier les plus gros investisseurs individuels.

La dévaluation des devises s’est toujours terminée sur une catastrophe. A mesure que les gens perdent confiance en une devise dévaluée, l’inflation grimpe, et l’économie s’effondre.

J’aborde déjà depuis un certain temps le sujet du risque de crise monétaire internationale et de réinitialisation des devises qui verra toutes les devises dévaluées contre l’or. Bien que l’hyperinflation demeure un scénario catastrophe, une stagflation et une inflation virulentes ont de fortes chances d’apparaître au cours des prochains mois dans les économies les plus endettées du globe.

L’or et l’argent continuent de nous protéger face à la dévaluation des devises.

Source : 24hgold.com