17 août 2016Franck Abed

Voiture autonome : les constructeurs français ont-ils pris du retard ?

Franck Abed

On parle beaucoup de la Google Car, mais Renault-Nissan, Peugeot et les équipementiers préparent eux aussi robots taxis et voitures automatiques.


Carlos Ghosn en est certain : «Une Renault autonome sera sur les routes européennes en 2020.» Chez PSA, le son de cloche est moins tonitruant, mais identique. Des solutions d’autonomie sont même annoncées dès 2018. Cette première phase offrira aux conducteurs des Peugeot et Citroën des assistances automatisées dans des situations rébarbatives, embouteillages ou manœuvres de parking. La deuxième phase offrira un «pilote automatique» sur voie rapide. En réunissant les fonctions du GPS, des détecteurs de présence, de l’aide au maintien dans la voie et du régulateur de vitesse adaptatif, la voiture sera en mesure d’être autonome sur les voies rapides. Seule limite : le conducteur ne pourra pas dormir le temps d’un Paris-Nantes, mais devra rester en mesure de reprendre à tout moment les commandes du véhicule.

Objectif sécurité. Pour réaliser ces rêves de voiture autonome, il faut compter sur les équipementiers. Guillaume Devauchelle, directeur de l’innovation de Valeo, le numéro 1 français du secteur, parle de deux axes parallèles de développement. L’un avec des robots taxis sur le principe de la Google Car. «Techniquement, c’est assez simple de concevoir une voiture totalement sécurisée qui roule à 15-20 km/h. Il suffit d’entrer des coordonnées GPS et la voiture vous y emmène.» L’autre axe repose sur la voiture personnelle. Là, l’évolution se fera par étapes. «Nous avons déjà fait une bonne partie du chemin.» L’actuelle limite : le faible taux de boîtes de vitesses automatiques (20% des voitures neuves). Mais Valeo développe une solution qui permet de mieux répartir le couple sur une boîte mécanique : «Il faut que la voiture puisse repartir sans problème en seconde. La voiture autonome a une finalité : libérer le conducteur dans les zones de bouchons et le déstresser.» Quant aux risques d’accidents, c’est l’obsession des industriels, qui visent un transport aussi sûr que l’avion.

LA RENAULT ZOE 100% AUTONOME SERA SUR LES ROUTES EN 2020 : SES ATOUTS

Caméra de recul. Obligatoire dès 2018 aux Etats-Unis, elle détecte toute présence à l’arrière du véhicule.

Assistance au maintien dans la voie. A partir du marquage au sol, la voiture évite les zigzags.

Radars de stationnement. Dans les embouteillages, ils permettent la fonction de pilotage automatique en respectant les distances.

Lecture des panneaux. Reliée au régulateur de vitesse adaptatif, la caméra ajuste la vitesse aux limitations indiquées.

Détecteurs d’angles morts. Pour empêcher tout dépassement dangereux, ils signalent tout véhicule à proximité.

Benjamin Cuq

Testez notre comparateur d'assurances Auto pour réduire votre facture

Lire aussi : Qui va gagner la guerre de la voiture sans pilote ? et 400 kilomètres au volant d'une Tesla Model S 100% électrique

Source : capital.fr